Yéti

Publié le par Davis

Haut de 2 à 3 mètres, le yeti, qu'on appelle aussi "Abominable hommes des neiges", ou encore migou, habite les hauteurs de l'Himalaya, les plateaux élevés du Tibet. Mais la peur des hommes le pousserait à chercher refuge dans des zones beaucoup plus élevées. C'est un être farouche qui ne sort que quand la neige, le brouillard ou la tempête réduisent le champ de vision des hommes.

Yeti
Selon les témoignages de paysans népalais, régulièrement effrayés par les apparitions du monstre, il s'agit d'un être de plus de 2 mètres de haut, au crâne en forme d'obus, aux longs poils flottants, aux petits yeux perçants sous une arcade sourcilière proéminente, à la mâchoire puissante. Très vigoureux, il marche sur ses deux jambes mais s'aide quelquefois de ses membres antérieurs pour s'enfuir en courant à quatre pattes, son allure est plutôt gauche, avec ses jambes arquées et écartées, et ses bras qui arrivent jusqu'aux genoux et se balancent en cadence. Une lamaserie tibétaine prétend détenir comme une relique un crâne de yeti, le fameux spécimen en obus. Pourtant, il s'agit peut-être d'un faux fabriqué avec une structure recouverte de poils de yack.


14a
Certains explorateurs affirment avoir rencontré des traces évidentes du yeti : des empreintes de pied dans la neige. Le pied mesurerait 34 centimètres de long et 16,4 centimètres de large, avec le pouce largement écarté. Ainsi Lord et Lady Hunt, en voyage d'exploration au Népal en 1978, affirment-ils avoir vu ces gigantesques empreintes, un matin autour de leur tente. Ces gens au-dessus de tout soupçon peuvent-ils mentir ou avoir été bernés ? Toujours est-il que les photos des traces qu'ils rapportent sont impressionnantes.

article yetià gauche l'empreinte du yéti et à droite celle d'un homme
Des chercheurs de l'institut de paléo-anthropologie de l'académie chinoise des sciences ont essayé de mettre un terme aux interrogations sur le yeti, mais en vain. Canular ou dernière tribu d'hommes préhistoriques, vivant à l'écart du monde civilisé, et dans des conditions climatiques extraordinairement difficiles ? À l'heure actuelle, la question reste entière...
Les anthropologues font néanmoins remarquer que, pour qu'un groupe de mammifères puisse survivre, il faut qu'il soit représenté par au moins quelques dizaines de membres. Il n'y a donc pas un abominable homme des neiges, mais toute une tribu, ce qui n'est pas impossible.

Yeti
D'autres pays se flattent aussi d'avoir leurs hommes-singes : les Australiens ont des yowies, hirsutes et nauséabonds, à la démarche malhabile, et qui lancent des cris inarticulés. Les Chinois ont leurs yerens ("hommes sauvages"), immense et dotés de yeux rouges. Au Pakistan, on tremble, sans l'avoir vu, devant le barmanu ou "gros poilu"... Au Japon, malgré la grande densité de la population, il existe encore des endroits retirés où ont été vus des hibagons, genre d'hommes sauvages, mais plus petits, d'environ 1,50 mètre.

Publié dans Cryptozoologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article